Diminuer les accidents graves et mortels
#

ACCOMPAGNER

En 2017, l’OPPBTP a multiplié les actions de prévention et les interventions afin de diminuer les accidents graves et mortels sur chantier. Chutes de hauteur, risque chimique, risque routier, etc., l’ensemble des campagnes a été mené auprès d’entreprises déterminées à éradiquer tout risque pour garantir aux salariés les meilleures conditions de travail en matière de sécurité, et ce, quelle que soit leur taille (TPE, PME ou grande entreprise). Pour les accompagner au mieux et agir en profondeur, l’Organisme s’est rapproché d’acteurs de la prévention (CHSCT, CSPS, etc.).

FAITS
MARQUANTS
2017

#CHUTES DE HAUTEUR

154 nouveaux accompagnements, 1 057 diagnostics travaux en hauteur et plus de 1 000 actions de conseil sur le terrain. La prévention du risque progresse en partenariat avec les Carsat. Entre le début et la fin de la première période de la campagne, le niveau de prévention a augmenté de 15 %.

#GRANDES ENTREPRISES

En partenariat avec l’ICSI, l’OPPBTP a lancé de nouveaux diagnostics culture sécurité à destination des grandes entreprises (Bouygues Bâtiment IDF, Razel-Bec, Eurovia et Legendre).

#SITUATIONS D’URGENCE

376 entreprises en situation d’urgence et 207 entreprises confrontées à un accident de travail grave ou mortel, ont été soutenues. L'OPPBTP a accompagné 56 de ces entreprises dans une démarche de progrès.

#CHSCT

Plus de 800 CHSCT ont été accompagnés par l’OPPBTP, soit près de 1 436 actions. En plus de deux lettres d’information envoyées à 5 000 présidents et membres de CHSCT, une centaine de formations ont été dispensées.

#ACCOMPAGNEMENT

L’OPPBTP a accompagné 6 940 entreprises employant plus de 200 000 salariés sur l’ensemble des thèmes de prévention.

Agir
en profondeur

Grâce à une coopération de fond de la part de tous les acteurs de la prévention, le nombre d’accidents est en baisse de 29 % depuis 10 ans. Un chiffre que l’OPPBTP compte bien continuer à faire chuter. Pour y parvenir, l’Organisme mène des campagnes d’envergure pour lutter contre des risques spécifiques et des actions ciblées public.

LES RISQUES PRIORITAIRES

Travaux en hauteur :
une priorité de tous les instants !

L’année 2017 marque la fin de la campagne terrain « Travaux en hauteur » lancée par la convention signée avec la CNAM. Résultats pour l’OPPBTP : plus de 150 entreprises accompagnées et plus de 2 000 diagnostics et actions de conseil engagés. Ces 150 accompagnements entrepris en 2017 s’ajoutent aux 330 réalisés entre 2014 et 2016. Au total, plus de 170 entreprises ont suivi des formations, ce qui représente 1 200 salariés formés soit près de 11 000 heures de formation. Pour renforcer cette campagne, l’Organisme a organisé près de 220 réunions de sensibilisation sur le thème des travaux en hauteur réunissant près de 4 000 participants.

Stop au risque routier

Depuis que le risque routier a été décrété grande cause nationale en 2002, plus de la moitié des entreprises l’ont intégré dans leur document unique. C’est un enjeu majeur pour les entreprises du BTP. En 2017, l’OPPBTP et la SMA ont donc concentré leurs efforts sur l’évaluation des risques professionnels liée aux déplacements (EVRP) et sur l’organisation du travail et des chantiers associés. Parallèlement, l’OPPBTP a amplifié la sensibilisation avec la mise en ligne en 2017 d’un outil d’évaluation, de ressources documentaires et de modules de formation dédiés, tels que « Maîtriser le risque routier » et un Prév’Action « Risques routiers ». Enfin, l’OPPBTP s’est mobilisé aux côtés de la Sécurité routière, les organisations professionnelles, la CNAM et les Services de santé au travail, notamment lors de journée de sensibilisation.

154

Nouveaux accompagnements
sur la durée de la campagne.

témoin

« Du diagnostic initial à la démarche d’accompagnement, l’entreprise ALM a fait un bond en avant en matière de prévention. C’est une entreprise exemplaire qui illustre parfaitement les bénéfices de la campagne sur les chutes de hauteur !

Mathieu Perret, conseiller en prévention OPPBTP au sein de l'agence d'Orléans

Le risque chimique
en première ligne

Omniprésent dans les activités du BTP, le risque chimique est l’un des 10 facteurs de forte exposition aux risques ; avec l’amiante au premier rang. En 2017, l’APST-BTP RP, le SIST-BTP et l’OPPBTP ont coproduit un ouvrage intitulé Guide amiante à l’attention des médecins du travail et des équipes pluridisciplinaires. Il a été accueilli avec succès lors des 34es Journées nationales de santé au travail dans le BTP, organisées à Dijon en mai. Moins connues que l’amiante, les poussières génèrent des particules très fines, et sont dangereuses pour les travailleurs. En juin 2017, l’OPPBTP a signé une convention avec l’Institut technologique forêt cellulose bois construction ameublement (FCBA) pour mener une étude visant à réduire l’exposition des salariés aux poussières de bois. Baptisée PROPOBOIS, elle fera l’objet de 18 mois d’analyses au sein de huit entreprises volontaires.

témoin

« L’institut FCBA œuvre depuis plus de 20 ans à la réduction de l’exposition des salariés aux poussières de bois. Cette nouvelle collaboration avec l’OPPBTP marque une étape majeure. PROPOBOIS va nous permettre d’aller plus loin par l’association de nos compétences et de mieux anticiper les éventuels freins liés aux difficultés d’adaptation des entreprises face aux évolutions réglementaires.

Gérard Deroubaix, directeur du pôle Environnement, Économie et Bioressources FCBA

témoin

« J’apprécie vraiment les échanges qu’il y a au cours de ces réunions. Chacun appréhende le sujet différemment ; cela permet de s’inspirer des pratiques des uns et des autres sur des sujets de réflexion communs à tous.

Nicolas Boudon, membre CAP Prévention, région Midi-Pyrénées

LES ACTIONS CIBLÉES

Au plus près des entreprises

Accompagner les entreprises en fonction de leur profil et de leur niveau de maturité en prévention est un enjeu majeur pour l’OPPBTP. Les conseillers prévention multiplient donc les actions pour rester au plus près des professionnels et de leurs attentes. Près de 9 000 ont été conduites en 2017 auprès de 6 940 entreprises, générant 2 710 diagnostics et 535 nouveaux accompagnements sur le long terme. Sans oublier les 376 structures qui, en situation d’urgence, ont bénéficié d’un soutien spécifique. Si sensibiliser les entreprises à la prévention et répondre à l’urgence est important, pérenniser leurs initiatives est capital ! Fort de ce constat, l’OPPBTP a continué cette année à tirer profit de son réseau CAP Prévention qui rassemble plus de 2 500 professionnels pour partager leur expérience sur des sujets d’actualité.

Les CHSCT au cœur de l’action

Acteurs essentiels de la protection de la santé des salariés et de l’amélioration de leurs conditions de travail, les CHSCT sont des organes incontournables pour relayer les campagnes sur les risques majeurs et la mise en place d’actions. En 2017, l’OPPBTP a proposé de nombreuses animations en comités, ainsi que des sessions de formations aux présidents et membres CHSCT. À l’instar de la campagne Travaux en Hauteur, l’Organisme a focalisé ses actions auprès des CHSCT des entreprises de 20 à 49 salariés, soit 2 600 CHSCT. L’espace dédié aux CHSCT sur preventionbtp.fr, créé en 2016 pour leur permettre de consulter des documents de référence et télécharger des outils de communication, suscite l’engouement : fin 2017, cet espace totalisait 260 comptes actifs et près de 3 800 pages consultées.

témoin

« L’accompagnement de l’OPPBTP nous a permis de progresser à notre rythme. De nombreuses étapes ont été franchies : nous venons ainsi de recruter un nouveau collaborateur qui sera chargé d’organiser la préparation des chantiers, notamment d’installer les barrières de sécurité. Sur le terrain, nos équipes voient la différence : les conditions de travail se sont améliorées, et les travailleurs sont désormais équipés de badges, de casques antibruit, etc. Les nouveaux EPI sont très appréciés !

Stéphane Hamaide, magasinier, société Urano

586

membres de CHSCT
formés grâce à 90 sessions de formation.

témoin

« Si la fin des CHSCT tels que nous les connaissons depuis 1982 est actée, la mobilisation en faveur de l’amélioration des conditions de travail dans les entreprises du BTP ne s’arrête pas. Avec les comités sociaux et économiques (CSE) et les commissions santé, sécurité, et conditions de travail (CSSCT), elle prend une autre forme.

Christophe Catheline, directeur des opérations à l’OPPBTP

39

présidents de CHSCT
formés et 1 436 animations menées dans 801 CHSCT.

Grandes entreprises : dynamisme et partenariat au programme

Souvent à l’origine d’effets d’entraînement sur l’ensemble de la profession, les grandes entreprises jouent un rôle  clé dans la progression de la culture du management de la prévention. Durant l’année, l’OPPBTP a multiplié diagnostics, (dont 102 diagnostics travaux en hauteur réalisés chez Spie), accompagnements structurés et actions ponctuelles, en participant notamment à 570 réunions de CHSCT. Les modules « Prév’Action Encadrement », « Passeport Gaz Opérateurs & Encadrement » et « Animer un quart d’heure sécurité » arrivent en tête des formations les plus suivies.

Ces formations ont permis de sensibiliser plus de 3 000 stagiaires de grandes entreprises grâce à 510 sessions de formation. Fer de lance de l’Organisme, la prévention a fait l’objet de nombreux partenariats. En décembre 2017, une convention de partenariat a été signée avec l’ICSI (voir encadré ci-dessus) pour réfléchir au développement d’une démarche structurée en prévention dans les grandes entreprises, assortie d’outils de diagnostics et de conseils adaptés à leur activité. Cette convention s’est suivie d’une signature de convention avec Razel-Bec et Bouygues Bâtiment île-de-France. De plus, deux conventions ont été signées avec les entreprises Legendre et Eurovia.

En 2017, l’OPPBTP a également intégré 12 nouveaux cas Prévention et Performance, suite aux formations dispensées par l’Organisme auprès des préventeurs de chez Vinci Construction France, Bouygues Construction, etc. Et plus de 5 200 professionnels du BTP ont participé aux 106 Journées Sécurité, organisées par les grandes entreprises (Vinci Construction terrassement : 1 200 personnes rencontrées)/ETF (filiale ferroviaire Eurovia : 550 personnes, Legendre, Colas, Eiffage, etc.) et l’OPPBTP. Parmi les thèmes à l’honneur : les travaux en hauteur et le risque routier. Plusieurs conventions nationales ont été déclinées en région, notamment la convention signée avec Eiffage Construction qui a été déployée dans les régions île-de-France, PACA, Corse, Hauts-de-France, Pays de la Loire et Auvergne Rhône-Alpes. Dans le cadre de la convention signée avec l’entreprise Rabot Dutilleul, des actions d’accompagnement des sous-traitants sur chantiers ont été lancées.

témoin

« Notre but est de rassembler tous les acteurs de la société civile et privée autour de la sécurité, de faire émerger méthodes et bonnes pratiques, et de les partager. En combinant nos expertises, nous allons faire bénéficier les entreprises du BTP d’une démarche qui a été éprouvée dans le secteur industriel, lequel enregistre aujourd’hui les meilleures performances en matière de sécurité.

Dounia Tazi, responsable du pôle Expertise et accompagnement de l’ICSI

106

journées sécurité
organisées par les grandes entreprises.

CSPS : vers l’harmonisation des pratiques

Les Coordonnateurs sécurité et protection de la santé (CSPS) ont pour mission de prévenir les risques issus de la coactivité et de veiller au respect des principes de prévention sur les chantiers. Face à l’évolution des réglementations, et parce qu’ils constituent un maillon essentiel entre le maître d’ouvrage et l’entreprise, les CSPS sont accompagnés au quotidien par l’OPPBTP. Le maillage des clubs CSPS, animés par l’OPPBTP, les Carsat et quelques Direccte régionales, progresse sur l’ensemble du territoire avec la création de trois nouveaux clubs en Midi-Pyrénées, Réunion et Guadeloupe (voir encadré ci-contre). En 2017, 47 réunions ont été organisées auxquelles 807 CSPS ont participé. L’OPPBTP et l’INRS ont été désignés comme seuls organismes à former les formateurs de CSPS. De ce fait, l’OPPBTP a réalisé en 2017, la 5e session de formation de formateur de CSPS lors du 4e trimestre 2017. Autres contributions notables : la réécriture de la Circulaire CSPS de 1996 et la participation à la production d’un « Outil de sensibilisation à la sécurité sur les chantiers et travaux » pour les services de l’État des Hauts-de-France. Un livre blanc dédié au métier et aux missions des CSPS sera publié au second semestre 2018. 

Nouveau projet pour la ville d'Angers

Parce que l’Organisme a à cœur de développer une approche collective de la prévention, il s’attelle à livrer aux collectivités locales et aux entreprises publiques des éléments de compréhension des enjeux liés à la prévention et à la sécurité des travailleurs lors de chantiers de travaux publics. En 2017, la ville d’Angers a ainsi bénéficié d’un accompagnement spécifique pour la création d’un outil simplifié du Dossier d’interventions ultérieures sur les ouvrages : l’OPPBTP a piloté un groupe projet qui a conduit à la création d’une maquette d’un Plan simplifié d’interventions ultérieures et à la rédaction d’un guide de suivi des modalités pratiques de coopération.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

J'accepte